Enfant, Nigel Kennedy est le protégé du violoniste Yehudi Menuhin qui lui fait intégrer son école. Il rejoint ensuite la prestigieuse Juilliard School de New York, couvé par la chef de file des violonistes américains Dorothy DeLay. Il fait ses débuts en 1977 avec l’Orchestre philharmonique de Londres, dirigé par Riccardo Muti, avec une interprétation des concertos pour violon de Mendelssohn au Royal Festival Hall, puis rejoint l’Orchestre philharmonique de Berlin en 1980.
Il réalise en 1984 son premier enregistrement, les concertos pour violon d’Edward Elgar avec l’Orchestre philharmonique de Londres et Vernon Handley, qui devient disque d’or avec 300 000 exemplaires vendus et reçoit les récompenses d’Enregistrement de l’année 1985 selon le Gramophone magazine et Meilleur album de musique classique aux BPI Awards. Suivant un parcours atypique, Nigel Kennedy poursuit sa collaboration avec les formations traditionnelles comme l’Orchestre philharmonique de New York en 1987, mais aussi avec des grands noms de la musique pop, tels que Paul McCartney ou Kate Bush.

Nigel Kennedy réalise en 1998 une tournée couronnée de succès en Amérique du Nord, la première d’une longue série qui le conduit dans les évènements majeurs de la scène classique mondiale. De retour en studio, Nigel Kennedy entreprend de ré-enregistrer le concerto pour violon d’Edward Elgar, et dans la foulée le concerto pour violon et orchestre L’envol de l’alouette de Vaughan Williams avec Simon Rattle et l’Orchestre symphonique de la ville de Birmingham. Il consacre son album suivant aux œuvres du grand violoniste et compositeur Fritz Kreisler et enregistre ensuite The Kennedy Experience en 1999, recueil d’œuvres personnelles en hommage à Jimi Hendrix. La même année, Nigel s’associe au grand violoncelliste Lynn Harrell pour produire un disque acclamé par la critique sur les œuvres de musique de chambre de Jean-Sébastien Bach intitulé Ravel & Kodaly. Il publie ensuite une compilation de petites œuvres avec l’Orchestre de chambre de Londres, Classic Kennedy, qui une fois de plus brille à la première place des ventes de musique classique au Royaume-Uni. Toujours aussi éclectique, Nigel Kennedy produit en 2000 un concert basé sur les œuvres du groupe de rock The Doors.

En 2002, Nigel Kennedy entame une série de concerts des Quatre saisons de Vivaldi avec l’orchestre de Berlin et un trio de musiciens polonais de Cracovie baptisé Kroke. Pour fêter ses vingt-cinq ans de carrière, Kennedy entreprend une série de représentations exceptionnelles avec l’orchestre de chambre polonais, dont il devient directeur artistique en septembre, succédant ainsi à celui qui fut son mentor, Yehudi Menuhin.

En décembre 2018, Nigel Kennedy marqua son grand retour après 6 ans d’absence sur le territoire helvétique lors d’un concert avec un programme mêlant des chefs d’oeuvres de Bach, des standards Gershwin et ses propres compositions. Après le succès de cette soirée, Nigel Kennedy reviendra à Genève le 30 novembre 2019 en proposant des masterclass avec des étudiants de la HEM à l’issue desquelles, nous pourrons retrouver les artistes lors d’un concert au Victoria Hall, suivi d’une tournée Suisse, à Lausanne, Zurich et Lugano.