MusiKa propose une saison complète et variée avec différents styles de spectacles: un concept nouveau s’adressant au public d’aujourd’hui dont les intérêts et la curiosité sont très diversifiés.

Curieuse et téméraire, cette nouvelle audience s’attache aussi à découvrir des domaines qu’elle connait moins.

Une saison pluridisciplinaire offre aux spectateurs la liberté d’assister un ballet, puis un concert classique ou de musique actuelle, puis un spectacle.

LE PROGRAMME

2019

2020

Agnes Letestu
16 octobre, Centre des Arts

Tziganes!
6 novembre, Alhambra

Nigel Kennedy
Les étudiants des HEM Suisse Dans « Bach reloaded »
30 novembre, Victoria Hall

Valentina Lisitsa, piano
21 janvier, Victoria Hall

Isabel Villanueva, alto et François Dumont, piano
Dans « Bohème »
20 fevrier 2020, Salle Centrale

Paolo Fresu & Uri Caine
Dans « Rencontres »
8 mai, Alhambra


Centre des Arts, 16 octobre 2019

L’Etoile Agnès Letestu présente sa toute  dernière création, Le  do(s) transfiguré, un spectacle conçu et interprété avec la pianiste Edna Stern.

Partant du Prélude No. 1 en Do majeur du Clavier bien Tempéré Livre I BWV 846 de Bach, les chorégraphies mettent en mouvement les visions de la note do de grands compositeurs tels que Mozart, Chopin, Debussy ou Janacek. Par l’intense complicité entre les deux artistes présentes sur scène, ce dialogue virtuose et léger entre le dos et le do crée une symbiose complète entre musique et danse.

Créé au Festival de Lacoste le 25 juillet dernier, ce spectacle présente les pièces de chorégraphes reconnus comme Jean Claude Gallotta, José Martinez et Bruno Bouché, en regard de celles de jeunes chorégraphes prometteurs et danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris : Yvon Demol et Vincent Chaillet.

Cette conversation chorégraphique et musicale offre au public une ballade dans différents répertoires des deux arts, formant ainsi une pièce optant pour la légèreté et le lyrisme.

Un moment de suspension éthéré. Une plongée rêveuse.


Alhambra, 6 novembre 2019

Création et Chorégraphie: Petia Iourtchenko
Mise en scène: Johanna Boyé

Quand la peinture s’invite dans la danse:
Le chorégraphe Petia Iourtchenko et la metteure en scène Johanna Boyé créent un univers pour revisiter, moderniser et réinventer les idées reçues sur ce peuple nomade.

Par une dizaine de tableaux inspirés d’artistes tels que Hugo, Le Caravage, Mérimée, Picasso, Manet ou Pouchkine, un vieux peintre nous raconte l’histoire de sa vie et de son peuple : un voyage initiatique et poétique entre danse et théâtre, entre liberté et fascination ; des rencontres de femmes, impudentes, lascives et passionnées et d’hommes bagarreurs, jaloux et possessifs ; un voyage rythmé par le son des chaussures martelant le sol, les volants des jupes virevoltantes et la voix chaude, profonde et enivrante de la chanteuse Lilia Roos- Dalskaïa.

Petia Lourtchenko, orginaire de Donetzk et appartenant à la tribu de Vlach est une des plus grands danseurs tziganes. Formé au prestigieux Théâtre Romen de Moscou et à l’institut Gnesenikh, il se produit dans toutes la Russie et à l’étranger, collaborant avec les plus grands chorégraphes, tels que Maïa Plissetskaïa ou encore Nicolas Nikolaïslitchenko.

Installé depuis 1989 à Paris, avec sa troupe Romano Atmo (Âme Tzigane), il préserve la culture, la tradition et la danse tzigane. Il collabore sur d’importants projets tels que Ivresse (Pietragalla), «Rires et châtiments» de Isabelle Doval avec José Garcia, «Le concert» de Radu Mihaileanu, et avec Jean-Philippe Daguerre le metteur en scène de «Adieu Monsieur Haffmann» nommé aux Molières 2018.


Victoria Hall, 30 novembre 2019

Kennedy revient.

Cette fois-ci autour de Bach, son compositeur fétiche, et accompagné de jeunes musiciens issus des conservatoires de Genève, Zurich et Lugano.

Un projet qui allie la formation, puisque les répétitions seront aussi des master-class, et des concerts exceptionnels avec 4 concerti de Johann Sebastian Bach.


Victoria Hall, 21 janvier 2020

L’artiste classique la plus suivie sur youtube, à faire pâlir certaine rock star…

Et pianistiquement, une musicienne hors pair, dont la musicalité est portée par une prodigieuse technique et précision.

De retour à Genève après quelques années d’absence, pour un récital unique:

Beethoven, Rachmaninov et Tchaikovsky

Masterclass et rencontres sont aussi organisés lors de sa venue.

Mostly Mozart Festival, Carnegie Hall, l’Avery Fisher Hall de New York, le Musikverein de Vienne, Salle Pleyel, sont quelques-unes des salles habituelles de cette grande pianiste, aux millions de vues sur Youtube.

Cette saison verra Valentina sur tous les quatre continents : USA, Amérique du Sud, Asie et Afrique, dans les salles les plus prestigieuses de Bogota, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Helsinki, Londres, Cambridge, Edinbourg, Séoul, Lisbonne, Messine, Palerme, Istanbul, Prague, Paris, Barcelone ou Pékin.


Salle Centrale, 20 fevrier 2020

À l’occasion de la sortie de son nouvel album BOHÊME, Isabel Villanueva, lauréate de la Haute Ecole de Musique de Genève, présente un récital exclusif et inédit à Genève, accompagné de l’excellent pianiste François Dumont.

Distinguée par le Prix National Espagnol de la Culture 2015 décerné par la Radio-Télévision Espagnole (Premio «El Ojo Crítico»). Lauréate du Royal College of Music de Londres, de l’Académie Chigiana de Sienne et de la Haute Ecole de Musique de Genève, Isabel Villanueva, collectionne les prix prestigieux : Mravinsky de Saint-Pétersbourg (2009), Beethoven de la République Tchèque (2012) et Youri Bashmet de Moscou (2013), Prix Albert Lullin » de la Ville de Genève (2014).

Soliste émérite, Isabel se présente régulièrement avec les grands orchestres européens, sous la direction de Salvador Brotons, Andres Mustonen et Michel Plasson.

Isabel lance son premier CD: « Bohème », accompagnée par le pianiste français François Dumont.

En 2015, Isabel Villanueva a été nommée «ambassadrice du talent espagnol» et «ambassadrice culturelle» de la Fondation Prim’Enfance de Genève.


Alhambra, 8 mai 2020

Une rencontre: Du classique au jazz, aller-retour.

Uri Caine, énorme pianiste à la témérité sans limite, de formation classique, revisite depuis 30 ans le grand répertoire à coup d’improvisations, détournements, clashs, à l’imagination infinie.

Paolo Fresu va du Jazz au classique, qu’il relit au son de sa trompette et de son bugle, aux chaudes sonorités italiennes.